Catégorie : Presse

Le caractère sacré de la ligne rouge judiciaire et des juges

Nous considérons que la négociation récente ne dépasse pas seulement une campagne éphémère et désespérée sur le pouvoir judiciaire. Il est la porte d’appartenance à la famille judiciaire, accompagnée par le reste d’intervenir dans le fil des affaires judiciaires, nous considérons que cette campagne ne peut en aucun cas affecter le prestige du pouvoir judiciaire et des juges et a nié
Comme ces campagnes misérables n’affecteront l’antiquité de dispositif depuis l’indépendance a prouvé son rôle dans la construction de l’état de droit et des institutions, malgré les tentatives de domestication
Ce comportement ne peut être émis par des entités qui cherchent à essayer désespérément de frapper l’un des principaux organes de l’Etat et l’un des piliers de la communauté. Donc, nous appelons ces corps malades et pas responsable, si un individu ou une organisation, de renoncer à de telles campagnes, et font appel à toutes les composantes du peuple tunisien à se rallier autour du pouvoir judiciaire et de protéger la famille en tant que garant de la justice sociale et la paix.
On ne peut l’opinion publique d’oublier les luttes des juges avant la révolution afin de défendre les droits et les libertés, et ensuite, afin de maintenir les acquis de la révolution et la mise en place de la règle de droit sur la base de la prévention du retour en arrière
Samir Abdelli 16/08/2016

Le pôle judiciaire et financier ferme le dossier de la banque HSBC en faveur de Samir Abdelli

Le doyen des juges d’instruction dans le pôle judiciaire et financier a décidé de fermer l’affaire de la banque suisse HSBC concernant les enquêtes en rapport avec l’avocat et l’ex-candidat aux élections présidentielles Samir Abdelli, après que ce dernier ait présenté tous les documents prouvant la correspondance des comptes suisses à la procédure et au code de change tunisiens.

Le nom de Samir Abdelli était paru en février dernier dans une enquête d’investigation menée par l’Union International du Journalisme d’Investigation (ICIJ) en collaboration avec le journal français Le Monde, soutenue par l’institution britannique HSBC à travers la banque HSBC en Suisse dont elle est affiliée. L’enquête a eu pour sujet l’évasion fiscale sur une grande échelle et a révélé que 256 personnes en relation avec la Tunisie ont ouvert 349 comptes chez la banque suisse.

Samir Abdelli : La proposition de Youssef Echahed est une remise du flambeau aux jeunes.

Avocat et ancien candidat à l’élection présidentielle, Samir Abdelli, a souligné dans une déclaration spéciale à l’orbite électronique que la proposition de Youssef Echahed est une remise du flambeau aux jeunes,et de sa part, Samir Abdelli a valorisé la proposition du Président Beji Caid Essebsi de nommer Youssef Echahed pour prendre le témoin à la formation du gouvernement de l’unité nationale. Pendant ce temps, Samir Abdelli a appelé les jeunes tunisiens de se déplacer sur cette initiative, d’autant qu’il a décrit comme «une occasion historique n’a pas été accordée par Bourguiba et Ben Ali”, comme il le dit.

Abdelli a renouvelé son appel aux jeunes et à toutes les forces patriotiques pour soutenir l’initiative du président.

Pas d’instruction contre Samir Abdelli

Le doyen des juges d’instruction du Pôle Financier Judiciaire a décidé de ne pas faire suite dans l’affaire de la banque suisse «HSBC» dans laquelle est mentionné le nom de l’avocat et ancien candidat à l’élection présidentielle, Samir Abdelli.

Le juge a décidé ainsi après que Me Samir Abdelli a présenté tous les documents qui prouvent ses comptes en Suisse sont en règle et sont en parfaite légalité vis à vis la législation Tunisienne et internationale.

Le nom de Me Abdelli est apparu dans une enquête en Février 2015 réalisée par la ICIJ en collaboration avec le journal français Le Monde, et apparu sur le site Inkyfada.

La Suisse, a abordé le sujet de l’évasion fiscale à grande échelle, et a révélé que 256 personnes de nationalité Tunisienne ont ouvert 349 compte avec la dite banque, Suisse.

60 ans après l’indépendance et la souveraineté nationale .. entre la menace et la vaccination

Célébrez le 60e anniversaire de l’indépendance, quelques jours après la tentative échec désespérée terroriste pour former l’émirat Daashah sur notre territoire national, et dans les moments où la saga continue nos braves soldats contre # terrorisme après, autant de plaisir et de fierté la fermeté des forces de sécurité et militaires et de traiter les résidents de # Bn_qirdan Donc, pour autant que ce que nous avons payé, après la fin événements, afin d’examiner les capacités défensives Thsanatena – physiques, morales, intellectuelles et militaires – contre tout ce qui aurait une incidence sur la souveraineté de # Tunisie et l’unité de son territoire et la sécurité de son peuple.

Est-ce une occasion d’évaluer fait plus de 60 ans # indépendance, l’évaluation de l’ampleur de notre succès dans le tissu économique et social d’une approche intégrée et imperméable, et la formation d’une conscience nationale est en mesure de répondre en tout temps, et en dépit de toutes les conditions, toutes les fuites intellectuelles ou morales qui vont secouer le système du peuple tunisien de valeur, qui à son tour, il est l’un des éléments les plus importants de l’identité tunisienne.

Un échec clair dans la formulation d’un modèle de développement, est juste et viable capable d’atteindre la qualité de vie dans chaque pouce de ce pays. En plus d’un échec clair dans la formulation d’un projet national, après la construction de l’Etat, de le rencontrer toutes les forces nationales, pour la promotion de Tunis, le long des lignes d’un nombre significatif d’Etats et les garçons nations.

Aucun point de lancer des accusations et télécharger des responsabilités, dans la mesure où ce qui doit caractériser notre société, et l’élite en général, et de mettre la maladie, à la recherche d’un médicament peut guérir nos maladies de tous les types et formes.

Cela ne peut pas nous aveugler sur la situation que l’esprit national, et cela suffit en soi, car construit l’esprit, et l’esprit, et la sensibilisation des Tunisiens fanciest, à la recherche pour le mieux, renouvelé, acquis les mécanismes de la critique, et je me réjouis à l’avenir

Samir Abdelli-10 Février 2016

Samir Abdelli: Union des étudiants dans la mémoire du 5 Février… Parking glorieuse sur les ruines et la recherche d’une nouvelle auto.

Célébration reste l’anniversaire 5 Février occasion d’évoquer les luttes de toute une génération d’étudiants ont refusé la dépendance à l’autorité du système existant et mon père, mais de maintenir son indépendance et ne pas dépendre de l’autorité de la liste, ce qui a pu alors mettre la main sur la majeure partie des organisations nationales «masse» à l’exception de certains d’entre eux.

En évoquer l’anniversaire, évoquent également la vie des légions de martyrs, et un nombre important de prisonniers et les expulsés qui ont été victimes d’une machine répressive engagé une milice armée, pour arrêter l’achèvement de la conférence des 18 œuvres de l’Union générale des étudiants tunisiens. Cette génération, qui forment l’épine dorsale de la classe politique plus tard, avant et après 14 Janvier.

Loin des faits énumérés, et Thorgih vexatoire, vous devez tenir sur la même erreur commise par le pouvoir dans une tentative de domestiquer projet d’espace comprend l’élite nationale moderne, et ici, je veux dire les étudiants universitaires tunisiens, et comment je suis parvenu, par inadvertance, mettre le bloc de construction de la zone de travail de la jeunesse politique ci-dessous, secrète et manifeste. Comme certains historiens comme coup magique contre le magicien. Ce qui en soi, et sans aucun doute, il a étudié pour les décideurs politiques ont besoin de prendre soin de la colonne vertébrale de la communauté tunisienne des étudiants et l’éducation en général, même l’université tunisienne n’a pas formé comme un incubateur pour l’échec de la communauté et l’effondrement moral, ne se transforme pas en une “bombe à retardement” prête à exploser dans le visage de toute autorité et tout gouverneur sans considérations idéologiques ou politiques.

Evoquant l’anniversaire de la question sur le présent et l’avenir, comme il a longtemps été la salle de l’université de la scène pour défendre intellectuelle, entre les différentes sensibilités intellectuelles et politiques, qui, dans de nombreuses stations laisse après la paix et porte une chemise chose agressive violente qui ont nui à l’image du travail des élèves. Question est également devenu un projet, à la lumière de ce que je savais revirements Tunisie représentaient une révolution en Tunisie et autour, toutes les forces nationales appelées à faire des vérifications sur ce qu’ils sont et le rôle qu’ils peuvent jouer dans l’avenir, d’autant plus qu’elle fille presque tous faire au sujet de la résistance à la tyrannie et de l’oppression, et d’élargir les libertés d’expression. Avec le départ de la plupart des Almmthennen réaction politique au circuit conflits partisans et l’acceptation de la langue de “scramble politique,« union de feu fait long feu comme un espace pour l’exercice de lutte et en tant que professeur de réaction politique, a été laissé à la recherche d’une nouvelle boîte qui tiennent ou la marge de ce qui reste dans le cercle de mouvement politique – tout est devenu le chevauchement entre le, syndicat politique et les projets de l’homme et des médias humains.

Le travail reste le plus difficile, est d’accepter la sécession de deux disques étudiant acte d’identité politique – qui reste Parwah- et l’adoption de l’action syndicale le échange d’étudiants – qui est certainement difficile.
bloc étudiant attrayant pour rivaliser avec les objets politiques ne sont plus, pour devenir le bloc représenté par la charge de la demande occasionnelle aux parties, ces parties ont fait contre sa boussole pour les médias et les experts pour la mobilisation et la polarisation.

L’erreur est pas parties défaut “sponsors étatiques” traditionnels de la mobilité des étudiants, il est un jeune erreur d’étudiant, qui n’a pas eu un horizon que la contraction sous le manteau politique partisane, réduisant ainsi – ou exécuté – après sa vue, et ne voit pas la «révolution» à venir, n’a même pas entrer en essayant révisions drastiques pour leur permettre de sortir de calcification expérimenté et re-positionnement sur la scène nationale sous la forme de réservation pour lui une partie de la crédibilité désolait.

Samir Abdelli – 05 Février 2016.

Samir Abdelli: Il ne s’agit pas d’évasion fiscale ou de blanchiment d’argent

Samir Abdelli a été cité par Inkifada dans le dossier Panama Papers.

Rédaction de Inkifada a présenté plusieurs documents montrant les relations établis entre l’avocat et plusieurs société établis dans des paradis fiscaux.

Samir Abdelli qui a reçu les journalistes de Inkifada repond sur ce point par “Les avocats en exercice en Tunisie ou ailleurs (…) et qui agissent au nom et pour le compte de leurs clients et/ou confrères étrangers, sont légalement habilités en ladite qualité à agir en tant que tels et en particulier représenter et assister la clientèle internationale aux quatre coins du monde dans le cadre de leurs activités réelles, légales et pour lesquelles ils sont légalement mandatés”.

Il rajoute encore au site : “Je suis amené dans ce cadre à gérer sur le plan juridique certaines activités de mes clients.”

“Il ne s’agit pas d’évasion fiscale ou de blanchiment d’argent. L’intérêt premier à mes yeux est la facilité avec laquelle on peut créer une entreprise et obtenir dans un temps record (le jour-même) les documents officiels de l’entreprise (registre du commerce, siège social, Board et comptes bancaires). Pour nos clients c’est un argument commercial de taille”

14 janvier 2016 ….. un message crypté et la façon de formuler l’espoir est manquant.

Rencontre anniversaire du 14 Janvier – comme ses prédécesseurs – sans modifier radicalement la réalité profonde populaire. Peut-être ce diagnostic, qui peut sembler à certains superficiel, qui est en fait une impression commune parmi la majorité des citoyens sans prétention de représentation, est le message implicite, de comprendre les autres, et ignoré les autres, de ne pas perdre les lames d’autres.

Personne ne conteste la nécessité pour la lecture objective de ce qu’elle a vécu en Tunisie depuis 2011, avec un minimum d’objectivité, loin de la révolution proclamée, l’apostasie déguisée, peut-être cette lecture nécessite un appel aux concepts de la pensée révolutionnaire – ne comprennent pas le sens de la gauche marxiste – et d’évoquer les systèmes moraux et de valeurs qui ont marqué la plupart des révolutions à travers l’histoire humaine.
Selon les résultats d’inférence, peut confirmer l’absence des mécanismes d’analyse développés par cette ancienne / Renewable école, par la faiblesse évidente, pour ne pas dire l’absence, à la littérature de la révolution, que ce soit par écrit ou de l’art, qui peut se créer, “trou” de la connaissance et historiquement , certainement être tenu responsable nous sur les générations futures.
Toujours dans le même raisonnement, tout le monde a accepté, quelques-uns des points obtenus par l’absence d’un consensus sur un projet communautaire commune, de sorte que le projet, qui est tombé mi Pacte Alborguiba, et ne pouvait pas se manifester à nouveau, même après le 14 Janvier. L’absence ou l’échec de ce projet et la clarté de ses fonctions dans le meilleur des cas, est un déficit de reconnaissance tacite des élites politiques et intellectuelles dans l’élaboration de la deuxième République, ou l’Etat du «printemps arabe». Ce déficit, aussi loin que ce que certains considèrent comme une accusation hâtive, citant terrain non-politique et sociale fournissent nécessaire de cristalliser ce projet, il voit d’autres, entièrement élite intellectuelle et politique faillite. Dans les deux cas, ou ce qui est venu entre eux, est la ratification de la faiblesse de l’élite et son incapacité à absorber le moment, et de les traduire dans le projet enroule autour de tous les segments du peuple tunisien.
Sur un autre plan, marqué par bousculade politique depuis le 14 Janvier, le discours et les points de désaccord à faible base tournaient autour de la présence des mêmes parties et non sur leurs programmes. Est allé beaucoup, de diverses sensibilités politiques, d’appeler l’autre à l’exclusion de la lutte «existentielle» sur le butin, chacun est plus droit à les acquérir. Dans tous les bureaux de vote, ainsi que entre la station et l’autre, révélant tous les partis politiques, Maady minoritaire, pour imprévoyance et son adolescence, et de l’égoïsme, et le travail du conflit, plutôt que la lutte politique partisane.
Toutes ces caractéristiques, et que la source surprise élitiste, nous trouvons des projections naturelles et le caractère inévitable des classes «populaires» .. que nous constatons une augmentation significative du niveau de la violence, dans différentes manifestations, mais plutôt une augmentation du degré de déni “révolution” est arrivé “blasphème” par et regretter ce que lui a apporté peuple tunisien fin 2010 au début de 2011, la différence de lui valorisations.
En ce qui concerne la cohésion morale, entre l’élite et le public, dans le traitement de la «révolution», pour autant que la profondeur de l’écart se produit organique et la séparation entre eux. Cette situation anormale dans laquelle nous vivons, a contribué à la liaison de cordon entre la profondeur de la société tunisienne et les interruptions de la classe politique.
Dans ce cas, il ne peut pas espérer être renouvelé, et le projet du National pour récupérer son souffle, et qui formule plus petit dénominateur commun entre les différents segments de notre société, mais pour récupérer l’élite de la conscience, et se réconcilier avec l’Etat et son concept, et accepté par un seul outil pour gérer la différence au sein de la communautè.

Samir Abdelli 14 Janvier 2016

Samir Abdelli:2016 espérant revenir sur le niveau de l’humanité perdue

Administratif expire un an, et d’autres pas. Dans ces stations, et loin de la cérémonie, dont beaucoup ne cherchent pas à l’établir, on a tendance à regarder dans le miroir, avec un œil critique parfois, parfois sarcastique, et parfois sympathique.

Est le moment d’autres arrêts expérimentés, tous de sa position dans leurs domaines respectifs, chacun selon son angle de vue, loin du récit historique des événements, mais un effort, sur le plan personnel pour chacun de nous, de tirer des leçons et de se tenir debout sur les erreurs et le plan pour l’avenir, et aussi sur un plan plus large, pour essayer de comprendre notre environnement externe, au niveau local, régional ou international, se réfère humblement à un intellectuel de nous à l’état d’un mouvement international des consommateurs, on ne va pas au-delà de ce que les téléspectateurs, ou au mieux, en pratiquant le rôle des «extras» tyro, un coup de pouce de troisième cycle «printemps arabe» … tout cela, vous ne serez pas Il nous empêche de ces pratiques haut de gamme de la notion de citoyenneté dans la manifestation ou de l’humanité nationale.
Est 365 jours, ils ont traversé, nous laissant parfois l’angoisse, la joie et parfois d’autres jours … sang contaminé # terrorisme, qui a touché toutes les parties du monde. Lancement d’un processus d’un an «# Charlie Hebdo» a conclu des opérations de Paris et Alebattklan. En attendant, l’attaque Pardo #, # Sousse, et abattu le berger # # Félicitations à Royal, un raid sur l’Université de Garissa, Kenya, qui a tué 147 personnes de ne pas oublier les attaques successives des chasseurs qui ont ciblé la ville de Bangkok en Thaïlande ont eu lieu.

Le terrorisme est transitoire-frontière, porte plusieurs masques et utilisant une arme, mais un …
Le terrorisme est en mesure de jeter une ombre sur le monde entier dans l’incertitude quant à son origine et les mécanismes de travail, douteuse et brumeux sur l’échec de la communauté internationale en lui adressant.
Est # terroriser la figure Hollywood. Faire les exécutions se rapprochent du scénario d’un film d’horreur de mauvais goût, filmés dans une bonne et professionnels des hautes technologies et avancées terrain, studios intérieur de la Syrie et # # # Libye et l’Egypte.

Travailler vraiment dramatique, mais se retrouvent face terrifiante et fidèle à ce terrorisme, qui est entré nos maisons, nous nous a fait comme du bétail, en déficit total, et est en mesure de fournir une réponse à nos enfants au sujet de ce phénomène …

Sont les jours de règles fixes, établies au fil du temps, certains anciens et l’autre est une situation d’urgence.
Le continent noir ne sont pas sortis pour son image «sont impeccables» dans la gestion des différences au sein des communautés: la réélection d’Omar al-Bashir du temps … une tentative de coup d’Etat au Burundi, un coup d’Etat militaire au Burkina Faso, ainsi que «les élections présidentielles» au Togo et au Nigeria.

Si le continent mère n’a pas enfreint les règles du jeu, l’ancien homologue prouvé le déclin économique et la crise financière qui a ouvert la porte à Tsipras en Grèce et Mariano # # en Espagne à nouveau ..

Il est clair que l’Europe n’a pas été en mesure de sortir de l’Euro-noeud n’a pas concilier leurs politiques face du géant chinois et l’ours russe, qui a prouvé, au moins par la crise ukrainienne, le tenir serré aux règles du géostratégique de jeu, et sa capacité à les transformer en équilibre économique et politique.

Photo de 2015 restent, sans incontesté, l’image Ilan de l’enfant, et son mouvement dans l’opinion publique internationale, le point culminant de la souffrance des immigrés du conflit en Syrie, mais aussi le silence de la communauté internationale et peut-être son incapacité ou indifférent devant la situation dans la région et d’autres domaines conflits à travers le monde …
L’image a exposé les valeurs de fausseté déposée et a révélé le fait que les intentions déclarées … l’homme montre l’image du laid, qui a longtemps essayé de cacher ..

Mais le papier dur, le mûrier est tombé, et les organes génitaux exposés, vous ne nous pardonnera pas pour les générations futures de ce que nous avons en nous-mêmes, dans notre sol et dans nos gens, dans notre système toute morale …
Nous ne nous pardonnera pas pour les incendies qui ont déclenché le feu .. et retardé ou échoué à accomplir son devoir ..
Ahakmonna pas sur nos intentions .. ne sera pas Ahacpununa mauvaise intention .. mais évaluera la laideur de nos actions vers l’ego et l’autre humanité.

Est-ce l’année de l’adhésion de la Tunisie a conclu le Prix Nobel de la paix, et la Conférence de Paris sur le climat, a précédé l’accord de Lausanne sur le programme nucléaire de l’Iran, et le rétablissement des relations diplomatiques entre les Etats-Unis et Cuba, le scandale de la FIFA qui a secoué les piliers de l’une des industries les plus importantes dans le monde ..

Il est également un an et laissez-les Faten Hamama et Omar Sharif, Ahmed al-Sanusi, Dmas Roussos, Fatima Mernissi, Hashemi Troda, Andre Venter et Qlksman Aqras, Rooney, Gerard et Hocine Ait Hamad .. est aussi l’année où nous continuons à perdre nos mères à la naissance ..

La naissance de l’attente difficile pour 2016, il se peut que nous ne perdons pas pendant le reste de notre humanité, nous pouvons être que nous gardons l’eau en face de notre visage et nos enfants .. il se peut que nous regardons en arrière sur le plan humanitaire, que nous avons perdu.

Samir Abdelli 02 Janvier 2016