Étiquette : PanamaPapers

Samir Abdelli répond à ce qui a été publié sur le site inkyfada

Le rapport paru dans le site «inkyfada» qui a cité mon nom et ma qualité d’avocat, dans sa relation avec les fuites des documents de Panama, pour moi c’est un rapport dénué légalement et imprécis. Même si je n’en veux pas au journaliste du site, J’insiste sur la légalité de toutes mes affaires et je les ai réalisées en tant qu’avocat et selon la loi. Aussi, suis-je à la disposition de toute partie qui souhaiterait vérifier cette information.

Malgré la possibilité de me retrancher derrière le secret professionnel et mon statut de non-résident, et ainsi m’arrêter sur cette partie de la déclaration compte tenu du manque de sérieux du rapport, cependant, croyant à la transparence et au rôle du journalisme et des médias pour éclairer l’opinion publique et ayant confiance dans mon professionnalisme et à l’intégrité de mes affaires de tout soupçon quel qu’il soit, je me suis réuni avec le journaliste responsable et je lui ai répondu avec toute tranquillité d’esprit, preuve à l’appui et en me basant sur les documents divulgués (en supposant leur existence et leur véracité), et tout en gardant le devoir de réservation je vous déclare ceci:

Selon les documents divulgués (en supposant leur existence et leur véracité), il n’existe aucun rapport ou correspondance entre moi, personnellement ou en tant qu’avocat, et le cabinet d’avocats au Panama, et je n’ai connu son nom que dans le cadre de ce dossier, malgré mon activité en tant qu’avocat international et ma résidence dans plusieurs Etats. Ceci prouve une différence essentielle entre mon activité et celle de ce type de cabinets. En se référant à mon parcours professionnel et depuis 23 ans, ma spécialité était et est toujours la négociation dans les grands contrats, les vrais, entre gouvernements et établissements mondiaux, spécialement dans le domaine de l’énergie, et leur représentation dans différents pays.

Toujours, selon les documents divulgués (en supposant leur existence et leur véracité), mon comportement dans ces dossiers est un comportement purement professionnel et notre correspondance était en tant qu’avocat correspondant avec des professionnels étrangers et des cabinets de collègues avocats ou bureaux de consultation de France et d’Angleterre, à noter aussi que ce sont des bureaux connus mondialement par leur sérieux et le fait qu’ils représentent les plus grandes sociétés mondiales et ne sont pas spécialisés dans la création des sociétés. Selon ce qui a été mentionné, ce bureau a contacté le mien au Panama accidentellement apparemment, et ce qui est sûr c’est sans m’informer ou me consulter, ainsi je fais porter à ce bureau la responsabilité du choix de ce bureau et de ce pays.

D’après ces documents divulgués (en supposant leur existence et leur véracité) et ce qui a été filtré sur la première société (FG) et en se référant à ce que le journaliste a rapporté, cette société a été créée en 2006 ou avant cette date et son capital ne dépasse pas 10.000 dollars. Tout ce qu’il y a, abstraction faite sur le fait que je sois non-résident, c’est qu’on a cherché à faire le Buzz sur le compte de d’un client algérien, un homme d’affaires résident en France, et on ne s’est pas concentré sur le plus important, à savoir le fait que la société n’a jamais été active et elle est restée sur papier seulement jusqu’à sa fermeture automatique comme l’a annoncé le journaliste, et selon les mêmes documents ni cette société ni ses associés ne possèdent aucun compte bancaire ou transactions de fonds, c’est-à-dire une société en sommeil jusqu’à sa clôture pour non-activité. Ainsi, il n’existe aucun soupçon d’argent ou de fraude fiscale ou autre, et elle n’a aucun rapport ni de près ni de loin avec la république tunisienne ni avec ses lois.

Toujours, selon les documents divulgués (en supposant leur existence et leur véracité), en ce qui concerne la deuxième et la troisième sociétés, il s’agit en fait d’une même société qui a changé son nom social. L’enquêteur n’y a pas fait attention. C’est une société pétrolière avec laquelle j’ai un rapport professionnel, en tant qu’avocat, d’autant plus que depuis plus de 23 ans je traite, en tant qu’avocat, avec les plus grandes sociétés pétrolières mondiale, dont plusieurs existent en Tunisie à travers la création de filiales tunisiennes de sociétés enregistrées ou autre. Ces sociétés signent avec l’Etat tunisien des associations et des contrats. Généralement ces sociétés sont représentées dans le BVI au Panama ou en Tunisie par des dizaines d’avocats et d’experts comptables tunisiens et ceci depuis des décennies. On peut toujours s’en assurer en revenant au journal officiel de la république tunisienne où se trouve mon bureau ainsi que d’autres bureaux.
Dans le but d’éclairer l’opinion publique et en se référant à tous les documents

filtrés dans le rapport (en supposant leur existence et leur véracité), ces deux sociétés ne possèdent pas de fonds et n’ont pas d’impôts ni de lois en Tunisie, et en ce qui me concerne personnellement, mon travail fait partie du travail quotidien de l’avocat et son rapport avec son client, de ce fait il n’existe aucun soupçon de contrebande de fonds ou de blanchiment d’argent puisqu’il n’existe pas de fonds à la base ni de fraude fiscale puisqu’il n’y a pas d’activité ou de d’argent chez ces sociétés.

Par la volonté de Dieu, je suis arrivé à concilier entre la préservation du secret professionnel et le devoir d’éclairer l’opinion publique dans un dossier important au niveau national et international, il est impératif à l’innocent d’être transparent et au coupable de s’excuser et de rendre des comptes.
L’avocat Samir Abdelli.

Le pôle judiciaire et financier ferme le dossier de la banque HSBC en faveur de Samir Abdelli

Le doyen des juges d’instruction dans le pôle judiciaire et financier a décidé de fermer l’affaire de la banque suisse HSBC concernant les enquêtes en rapport avec l’avocat et l’ex-candidat aux élections présidentielles Samir Abdelli, après que ce dernier ait présenté tous les documents prouvant la correspondance des comptes suisses à la procédure et au code de change tunisiens.

Le nom de Samir Abdelli était paru en février dernier dans une enquête d’investigation menée par l’Union International du Journalisme d’Investigation (ICIJ) en collaboration avec le journal français Le Monde, soutenue par l’institution britannique HSBC à travers la banque HSBC en Suisse dont elle est affiliée. L’enquête a eu pour sujet l’évasion fiscale sur une grande échelle et a révélé que 256 personnes en relation avec la Tunisie ont ouvert 349 comptes chez la banque suisse.

17décembre .. entrée d’une nouvelle histoire de l’humanité

Non seulement une histoire de n ° 17 Décembre pour nous, (selon la nouvelle constitution) la date de l’éclatement de la # Rh_altonceh – la même constitution, qui a annoncé la date limite Janvier 14, et traîné tout ce temps exclusivement des conséquences intellectuelles et politiques. Cependant, autant essayé de néo-fondateurs au sein du Conseil de cela, et après les signes avant-coureurs d’une certaine morale, politique, et surtout, d’identifier le concept et la définition Aloqom à leurs yeux, mais les descriptions restent multiples et hétérogènes entre le coup d’Etat, soulèvement, une révolution est incomplète et la révolution fermé acte social et politique prescrit. Êtes-vous en mesure de pères (et mères) de nouveaux fondateurs ne pouvait vraiment pas déterminer ce moment même, des sociologues et de l’anthropologie et de la politique d’accord ??

De ce point peut dire à coup sûr, loin de toutes les théories de conspirations internationales telles que la segmentation fragmentée, le projet Moyen-Orient élargi et de Saïs nouveau Pico, ce qui est arrivé est l’abandon du système d’analyse plus tôt, près de la porte, nous ne pouvions pas, nous sommes, alors aspirant la civilisation du peuple, que nous terminons cette porte, depuis la campagne de Napoléon au 11 Septembre, par la chute du bloc de l’Est et le choc des civilisations de Samuel Huntington.

Après le choc et l’éveil d’entre eux, d’acquérir, ou de tenter d’acquérir, une nouvelle analyse géostratégique des mécanismes, il ne sera pas facile, et est même devenu un intellectuel de structures semi-réforme parmi l’élite, il ne sera pas efficace que l’élite elle-même a été incapable de l’abri d’auto système protège de la chute morale et de nous retourner à la la pré-Décembre 17 ans.
Est le 17 Décembre est devenu un moment historique, semblable au Hijri et calendrier grégorien? Avez-vous le déposez pour modéliser les révolutions précédentes, il est devenu un moment de l’histoire humaine qui rend “symbole” (# Bouazizi) et «message» (liberté et de dignité) et le «peuple» (le monde arabe)? Est-ce pas l’industrie est une naturelle, spontanée trilogie sacrée nouvelle: l’individu, le peuple et la révolution? Nous ne nous limitons plus à la division traditionnelle des peuples, le développement / sous-développés, et nous sommes devenus déclarer «les peuples du Printemps arabe” / “d’autres personnes”? Pain “wagon” Bouazizi devenir comme “Archimedes #” “# Newton” salle de bains ou une pomme ou “triangle # Bitagor»?

Je laisse la réponse aux analystes de semi-conducteurs dans la politique et les communautés Bsekologgio et Anthropologie et Oowo … comprends que par les médias nationaux nous informent sommes en mesure de répondre, après un déficit de «conscience collective» à propos de l’interprétation de ce «phénomène communautaire» exceptionnel.
Loin du battage idéologique, nous pouvons aussi être certain que la «révolution» (selon la Constitution) est devenu un lieu de «se vanter» d’une part et de «honte» d’autre part, “achevé” révolution pour le parti, «incomplet» pour l’autre partie et «ne serait pas complète.” pour un tiers, mais en réalité il reste une communauté, loin des autres étiquettes, lui frappa tout le monde, il n’a pas d’importance à quel point leur intention de le faire, garder la révolution altéré par l’adolescence politique, et les mains des Affaires étrangères, mais il en est le bébé qui est exposé au virus et le mal jusqu’à ce qu’il devienne promesses et l’immunité acquise vitae.

Quelques œuvres depuis la période de Al Trouver un ancêtre commun, d’autres travaillent sur la recherche et conservent la légitimité, «religieux» (pour les islamistes) et «révolutionnaire» (pour gauche) et «historique» (pour inconstitutionnalité), le passé laissons derrière nous, et laissons les légitimités traditionnelles derrière nous , notre avenir dans nos enfants, Laissez-nous tout le travail pour protéger cette commune Fils “légitime”, et vacciné, et le protéger, peu importe la façon dont nos positions et nos évaluations lui, alors restez vraiment nouvelle approche de l’histoire humaine.
Samir Abdelli 17 décembre 2015